mercredi 22 février 2012

Menaces sur le consensus social

Il ne faut pas se voiler la face.Il n'y a pas de campagne électorale "propre" , ni en Russie , ni en France, ni ailleurs .Dans tous les pays du monde les batailles électorales sont l'occasion de règlements de comptes .Les candidats utilisent tous les moyens, Y compris les plus discutables ,pour casser leurs adversaires et s'assurer le suffrage des électeurs. C'est la loi du genre, personne n'y peut rien .Reste, qu'une fois la victoire acquise par l'un ou l'autre camps il faut recréer un consensus social minimum sans lequel aucun pays ne peut fonctionner.
Toutefois cette fois-ci , les partisans de Vladimir Poutine ont oublié cette règle dépassant toutes les bornes dans leurs diatribes contre les adversaires du" leader national" au risque de mettre en péril le consensus social, garant de la paix civile . Jugez par vous-mêmes : spectre d'une révolution orange fomentée par l'occident dans le but de détruire la Russie, allusions perfides à des liens supposés entre les responsables de l'opposition et les ambassades étrangères (l'ambassade des États unis) colportés par des politologues proches de l'establishment, appel à la croisade contre les "libéraux" considérés comme les ennemis de la foi orthodoxe ,"ciment de l'unité du pays"...j'en passe et la campagne n'est pas encore finie...
Certes , Vladimir Poutine va gagner et très probablement , si l'on n'en croit les instituts de sondage , dès le premier tour . Président "par défaut"et non plus "tsar" tout puissant il va devoir gouverner un pays meurtri, divisé entre les "nôtres" et les" autres ", situation qui prévalait ,'comme le rappelle très justement le journaliste de la radio Echo de Moscou, Matveï Ganoplski , en 1917, à la veille de la guerre civile qui a causé une hécatombe dans le pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire