lundi 26 septembre 2011

A méditer!!!

Les descendants de la première émigration qui pensent que le Russie est sur la bonne voie seraient bien inspirés de prendre ne serait-ce que quelques minutes pour analyser les évènements du week-end dernier.
Samedi, au cours du congrès du parti "Russie unie", Dimitri Medevdev a rendu les armes sans combat annonçant lui_même la candidature de son mentor à la magistrature suprême . A moins d'un évènement imprévisible ,au mois de mars, Vladimir Poutine sera le futur président et medvedev deviendra premier ministre après avoir conduit la liste de russie unie aux élections législatives de décembre.
Encore plus triste, alors que les observateurs exprimaient leur consternation . l'église par la voix du père Tchaplin numéro 2 du département des relations extérieures du patriarcat s'est félicté de ce dénouement évoquantévoquant "une transmission pacifique et amicale du pouvoir .;
je ne ferais pas l'injure au père Tchaplin , un homme intelligent, par ailleurs ,de penser qu'il ignore que dans une démocratie ce sont les électeurs qui ont le dernier mot. Reste que cette réaction en dit long sur la dépendance de l'église vis à vis de l'état...

mardi 20 septembre 2011

Self -défense

Les moscovites en ont assez d'assister impuissants à la destruction systématique de leur environnement et s'organisent pour le défendre contre des promoteurs véreux soutenus par des fonctionnaires ripoux.
25 rue Bolchoï kozinsky
En Russie permis de détruire et de construire s’achètent comme une miche de pain, il suffit simplement  d’y mettre le prix et d’avoir des amis bien placés. C’est le cas de Denis Kitaev, le nouveau maître des lieux  dont la mère travaille à la mairie de Moscou.
  Certes la Maison   construite dans la seconde partie du XIX siècle, l’une des premières l première maison en pierre de la rue qui ne comportait alors que des maisons en bois ne constituait pas un chef d’œuvre de l’architecture mais elle était solide et se fondait harmonieusement dans l’ensemble de la rue.
 . Pendant la période soviétique  elle abritait des appartements communautaires   dont les habitants  au moment  de la pérestroïka sont dispersés et relogés  dans les quartiers dortoirs à la périphérie de la capitale.
 En 1996 La maison, considérée comme insalubre a été retirée du parc immobilier mais  n’est pas restaurée …la préfecture préférant la garder en l’état pour y loger dans des conditions  déplorables  des travailleurs immigrés.
. Six ans plus tard, alors que la maison est inhabitée une fausse association de copropriétaires achète la terre qui est sous la maison  la maison et la cour qui appartient également aux habitants des deux immeubles mitoyens qui n’ont pas voix au chapitre.  .
Histoire de brouiller encore un peu plus les pistes  courant 2010 un écriteau sur lequel on peut lire « maison à louer » suivi d’un numéro de téléphone apparait sur la façade de la maison…Elena Tkatch téléphone e à plusieurs reprises … en vain, comme on pouvait s’y attendre  personne ne prend le récepteur. Quelques semaines plus tard l’écriteau disparait. Dans le même temps. La présidente de la coalition pour la défense de Moscou apprend en consultant le site internet de la marie du quartier que l’hôtel particulier ne faisant pas partie du patrimoine historique sera démoli et que les promoteurs construiront à la place un immeuble de 8 étages avec parkings. A la mairie les officiels font semblant de ne pas être au courant. Le 8 juin   alors que les habitants du quartier sont encore plongés dans leur sommeil les excavateurs  entrent en action et démolissent l’arrière de la maison. Les habitants du quartier et les membres de la coalition pour la défense de Moscou accourus sur les lieux s’opposent à la milice privée  qui accompagne l’entreprise de travaux public chargée de la démolition s’ensuit  des échange de coups, des activistes et une femme de soixante -dix ans son blessés et transportés à l’hôpital .La mairie du quartier prend peur , on est en période électorale  et ordonne l’arrêt des travaux…. Tout l’arrière de la maison est défoncé et transformé en un tas de gras non clôturé et qui risque de s’enflammer à tout instant par contre la façade est encore intacte Alors les activistes organisent la défense de ce qui reste de le vieille demeure se relayant jour et nuit, dormant dans une voiture  dans la cour …
le 18 aout  c’est la guerre vers six heures du matin une vingtaine de gros bras vêtus de noir  , le visage masqué arrivent sur les lieux , suivies de deux  excavateurs les voitures garées dans la cour sont évacuées ,  le pneus de celles qui sont parquées dans la rue  crevés . Les habitants des maisons voisines réveillés par le bruit descendent dans la rue ou les attendent les hommes de main du promoteur bien décidés à en découdre ;Plusieurs habitants de la maison 23 sont roués de coups , un activiste ,Oleg melnikok frappé au visage s’en sort avec un  énorme bleu et un léger traumatisme crânien , sans parler des caméras et appareils photos arrachés des mains de ceux qui tentent d’immortaliser la scène. Quant à la police elle assiste à la bagarre sans intervenir.
Deux semaines plus tardors que les travaux ont été pour la seconde fois stoppés. La cour  et la rue se transforment en  une piscine  les sous-sols  des immeubles  mitoyens (23 et 27) dont les murs se fissurent,  sont inondés …les promoteurs avaient oublié  que ce quartier de Moscou est construit sur un marécage
Hier soir nouvel épisode ,une dizaine de jeunes appartenant à l'organisation "alternative "soutenus activement par des habitants du quartier ayant eu vent que leur promoteur avait ordonné la reprise des travaux de démolition en dépit du décret du maire interdisant de procéder à de nouvelles démolitions dans le centre de la ville ont démoli les barrières métalliques qui entouraient la maison en ruines  ,histoire de montrer qu'ils demeuraient vigilants . Surpris ,les deux vigiles qui se trouvaient sur place se sont contentées de photographier les "assaillants" quant à la police , elle est arrivée "après la bagarre" se contentant d'enregistrer les plaintes des habitants qui ont une fois de plus expliqué que le promoteur qui a des relations dans les hauts lieux avait produit des faux pour obtenir pour obtenir les permis de détruire puis de construire. Cette nouvelle victoire pour l'association de défense de Moscou montre bien que lorsque les gens sont dans leur bon droit et un tant soit peu organisé le pouvoir recule ... une leçon à méditer.


jeudi 8 septembre 2011

Réponse au père Nicolas Ozoline

"On voit la paille qui est dans l'oeil de son voisin mais on ne voit pas la poutre qui est dans son oeil" Je ne saurais que conseiller au père Nicolas Ozoline de méditer ce proverbe. J'ai été personnellement profondément choquée par l'interview qu'il a donnée à "Nice matin"multipliant  à l'envie mensonges et calomnies à peine voilées sur le père jean Gueit , ce genre de discours rappelle de sinistres souvenirs ...A la rigueur , je veux bien admettre que les églises russes du patriarcat de Constantinople ne sont pas forcément toutes dans le meilleur état , reste que nous n'avons pas les moyens du Patriarcat de Moscou qui a derrière lui l'état russe ......
.Par ailleurs, je pense que le patriarcat de Moscou devrait s'occuper tout d'abord des églises  et monastères qui sont en Russie .....Hormis la "vitrine" Moscou , saint Pétersbourg  et l'Anneau d'or les églises sont dans un piteux état .Quelques exemples . A cent cinquante kilomètres de Moscou sur la route entre Tver et Tourguinovo : une très vieille église en ruines .A Vologda ,(600 kilomètres de Moscou) sur les 43 églises que compte le ville , seulement quatre ont été rendues au culte et restaurées les autres sont fermées ou transformées en musées . Certes il y a au centre ville une ravissante petite chapelle avec des bulbes dorés flambant neuf mais c'est un café .Quant aux monastères de la région ... mieux vaut ne pas en parler ....